LE TRAVAIL DE LA VIGNE


Le sol est la première préoccupation en culture biologique.

Les efforts portent sur le labour, les engrais verts, l’enherbement et le compost.

Ces pratiques stimulent la vie du sol et permettent d’en tirer toute l’expression du terroir, pour le plus grand plaisir des amateurs de vins.

Les spécificités des vignerons bio les amènent à employer généralement davantage de personnes à l'hectare, afin de maintenir par la qualité d'un travail soigné les meilleures conditions sanitaires pour une maturation optimale des raisins.

La conduite de la vigne est réfléchie et adaptée en fonction des impératifs définis par la réglementation de l'AOC Champagne, en ayant à cœur de privilégier un développement harmonieux de la végétation.

La taille est le travail primordial, dont tous les autres découlent (attachage, ébourgeonnage, palissage). Ces travaux sont réalisés manuellement et adaptés aux cépages.

Pour protéger la vigne de ses ravageurs, le vigneron bio peut utiliser plusieurs moyens : prédateurs, matières minérales naturelles comme le soufre, bactéries amies, plantes médicinales...

Contre le mildiou, les sels de cuivre sont employés en doses réduites, avec une limite de 30 kg de métal par hectare pour une période de cinq années, soit une moyenne de 6 kg par an. Dans la pratique, cette moyenne est très souvent inférieure aux maximas autorisés.

Comme pour tous les producteurs champenois, les vendanges sont obligatoirement manuelles, afin de déposer sur les pressoirs des grappes entières et intactes.